12 septembre 2017

Marie-Antoinette

Il y a quelques années, Zweig avait connu une vague de popularité chez plusieurs blogueuses que j'aime beaucoup (coucou Karine, Jules, Keisha etc!), mais comme ça arrive parfois quand on place la barre haute, j'avais été un peu déçue par Vingt-quatre heures de la vie d'une femme.  Je m'étais dit que je tenterais le coup de nouveau quand la poussière serait un peu retombée, et une lecture commune organisée sur le forum du Guide de la bonne lecture vient de m'en donner l'occasion avec cette biographie de Marie-Antoinette.

Et je ne regrette pas de l'avoir saisie (l'occasion, pas Marie-Antoinette) puisque j'ai adoré!!!  On en beau savoir comment ça finit, c'est absolument palpitant! Par bouts on se croirait dans un Alexandre Dumas tellement c'est rocambolesque! D'ailleurs je crois que plusieurs épisodes de cette histoire ont inspiré Dumas: l'affaire du collier, les tentatives d'évasion, etc.  Vraiment, une telle vie, ça ne s'invente pas!

Et si je n'avais pas tant que ça apprécié la plume de Zweig la première fois, ici j'ai été épatée!  Des descriptions à couper le souffle, une analyse psychologique fine, et tout ça avec une élégance!  (Bon, il faudrait que j'arrête avec les points d'exclamation, les autres signes de ponctuation commencent à protester...)

Maintenant la question est: je continue dans les biographies (Mary Stuart, Balzac?) ou je donne une deuxième chance aux romans?


Marie-Antoinette de Stefan Zweig, traduit de l'allemand, 1932, 506 p. pour l'édition de poche.  Titre de la version originale: Marie-Antoinette.

05 septembre 2017

Chien blanc

Un peu déçue que le chien du titre ne soit finalement pas tant que ça le sujet mais plutôt seulement le point de départ de ce récit autobiographique de Romain Gary, qui parle surtout de ses expériences en Californie durant la lutte pour les droits civiques et les révoltes qui ont suivi l'assassinat de Martin Luther King en 1968. Je savais que le chien blanc du titre est un chien dressé pour s'attaquer aux gens de race noire, mais je croyais que le roman porterait surtout surtout sur sa rééducation.

Favorable à la cause des Noirs, Gary n'hésite cependant pas à relever les contradictions des leaders de la cause et décrit les guerres intestines entre les différents groupuscules, certains étant infiltrés par des taupes et des agents provocateurs.  Il avait d'ailleurs lui-même été mis sous écoute car sa femme, l'actrice Jean Seberg, était directement impliquée dans la lutte.

Une lecture fort intéressante (une fois résigné qu'on ne verra pas tant que ça le pitou) car toujours brûlante d'actualité (on n'a qu'à penser aux émeutes de Black Lives Matter l'an dernier et à la montée récente des suprémacistes) et en même temps un peu déprimante justement parce qu'encore d'actualité!  En plus, la fin est triste, même si elle comporte tout de même une lueur d'espoir.


Chien blanc de Romain Gary, 1970, 219 p.

30 août 2017

Brideshead Revisited (Retour à Brideshead)

Que c'est charmant de lire un vieux bouquin dans une édition de poche de 1945, aux pages jaunies et fragiles comme des mouchoirs, bouquin d'ailleurs ramassé dans une de ces «boîtes à livres», au coin d'une ruelle!  Presque trop «charmant», en fait: j'ai eu quelques sueurs froides lorsque j'ai laissé le livre quelques minutes sur mon balcon et qu'à mon retour j'ai cru que le vent allait faire littéralement s'envoler les pages sous mes yeux, la reliure étant déjà fort fragile!

Excellent roman par ailleurs, tour à tour drôle et empreint de nostalgie, et par-dessus tout terriblement british!  Une ambiance à la Downton Abbey, des personnages se débattant sous le carcan des conventions et de la morale imposée par l'Église et par des siècles de tradition, alors que toute la société subit de profonds changements (thème qui m'a fait penser à Howards End de E.M. Forster).  Le tout dans un style magnifique -- les descriptions du manoir de Brideshead et de son jardin font rêver!  Magnifique mais pas nécessairement évident à lire en VO, en particulier au début:  le narrateur étudie à Oxford et les étudiants ont un vocabulaire qui leur est propre!  En arrière-plan, les événements qui jalonnent l'histoire européenne des années vingt aux années quarante.  D'ailleurs j'étais bien contente d'avoir revu récemment l'excellent film The King's Speech (Le Discours du roi), ce qui m'a permis de comprendre tout de suite l'allusion à Mrs Simpson...

Et maintenant me voilà fin prête pour me lancer dans le tome 3 de la série Thursday Next de Jasper Fforde.  En effet, il y a quelques semaines, je l'avais commencé lorsque je me suis aperçue en lisant l'introduction qu'il y serait question de ce classique de la littérature anglaise.  Ne voulant risquer aucun divulgâcheur puisqu'il était déjà dans ma PAL, j'ai préféré interrompre ma lecture du Fforde, je la reprendrai dans les prochaines semaines.


Brideshead Revisited de Evelyn Waugh, 1944, 319 p.  Titre de la traduction française: Retour à Brideshead.

25 août 2017

Rosa Candida

D'accord, des fois je suis un peu innocente.  En commençant ce livre de l'Islandaise Audur Ava Olafsdottir (vive la fonction copier/coller),  j'étais convaincue que c'était l'histoire d'une fille nommée Rosa... Hé bien non, c'est plutôt l'histoire d'un gars qui cultive des roses!

Très joli roman par ailleurs.  Un de ces romans doudous, réconfortants.  Passionné d'horticulture et hanté par le souvenir de sa mère, morte dans un accident de voiture, le héros quitte son Islande natale et la petite fille qu'il a conçue lors d'une relation passagère, pour aller remettre en état la roseraie d'un monastère dans un village reculé d'Europe.  Il y fera diverses rencontres et apprentissages, tout en gardant contact téléphonique avec son vieux père et son frère autiste, restés au pays.  Le récit tout simple mais très sympathique d'un passage à l'âge adulte, en douceur.


Rosa Candida de Audur Ava Olafsdottir, traduit de l'islandais, 2010, 336 p.  Titre original: Afleggjarinn.

24 août 2017

Cochon d'Allemand

Court roman danois que j'aurais apprécié encore plus s'il avait été construit de façon plus ordonnée...  Knud Romer y raconte avec humour (même si certains passages sont assez durs) son enfance dans un village où on le détestait à cause de sa mère allemande.  Il passe d'un souvenir à l'autre, d'une époque à l'autre, raconte des bribes de l'histoire des différents membres de sa famille, ce qui rend la lecture un peu ardue car on a parfois de la misère à s'y retrouver.  J'ai quand même bien aimé car les personnages sont fort originaux (la grand-mère, beauté défigurée par une explosion et qui fait une goulasch inoubliable dans une marmite centenaire, le grand-père malchanceux en affaires, le père vendeur d'assurance, et surtout la mère, ancienne résistante, sans oublier le narrateur, petit garçon fantasque, collectionneur d'objets hétéroclites).  Ce qui ressort avant tout c'est l'amour qui règne dans cette famille refermée sur elle-même devant la haine du voisinage.

À lire, donc, à un moment où la concentration ne vous fait pas trop défaut!


Cochon d'Allemand de Knud Romer, traduit du danois, 2006, 187 p.   Titre original: Den som blinker er bange for doden.

23 août 2017

Teacher Man

Dans ce récit autobiographique, Frank McCourt, né aux États-Unis mais élevé en Irlande, raconte ses débuts hésitants comme professeur d'anglais à New York et comment il finira, à force d'essais et d'erreurs, par trouver sa place dans une classe.  Fort sympathique, parfois touchant, souvent très drôle, il fait preuve d'un grand sens de l'auto-dérision mais ce pan de son histoire, alourdi par quelques répétitions,  sera toutefois moins marquant pour moi que celui de sa petite enfance dans Les Cendres d'Angela.  Je le recommanderais surtout à ceux qui travaillent dans le milieu de l'éducation, qui seront sans doute intéressés par ses expériences dans des écoles de différents milieux new-yorkais.


Teacher Man de Frank McCourt, 2005, 258 p.  Titre de la traduction française: Teacher Man: un jeune prof à New York.

14 août 2017

A Thousand Splendid Suns (Mille Soleils splendides)

Tout comme The Kite Runner (Les Cerfs-volants de Kaboul) que j'ai lu pré-blogue, ce roman de Khaled Hosseini se déroule en Afghanistan, pays d'origine de l'écrivain américain.  On traverse différentes périodes, des années 70 aux années 2000, en compagnie de deux femmes, Maryam et Laila, et de leur famille.

Une lecture qui m'a crevé le cœur à plusieurs reprises...  En particulier lorsque les personnages se réjouissent de certains événements, alors qu'on sait pertinemment que ça va mal tourner!  Comme lorsque les Russes quittent Kaboul sous les quolibets de la foule en liesse, alors qu'on réalise que c'est sous le régime communiste, paradoxalement, que les femmes auront eu le plus de libertés, qu'elles perdront bientôt durant la guerre civile et encore plus sous la dictature des Talibans (la liste des lois imposées par ces derniers, brrr, j'en ai eu froid dans le dos!).  Ou encore lorsque Laila enfant visite avec son père les gigantesques sculptures de Bouddha de la vallée de Bâmiyân, vieilles d'environ mille cinq cents ans, alors qu'on sait qu'elles seront détruites à la dynamite par les Talibans en 2001.

Crève-cœur, donc, mais aussi un gros coup de cœur!  La force d'Hosseini ce sont ses personnages si attachants.  J'ai poussé maints soupirs, je me suis réjouie lorsqu'ils étaient heureux, j'ai versé quelques larmes...  Et je penserai à eux pendant plusieurs jours encore, j'en suis certaine!

Hosseini a écrit un troisième roman il y a quelques années, And the Mountains echoed (Ainsi résonne l'écho infini des montagnes), quelqu'un l'a lu?


A Thousand Splendid Suns de Khaled Hosseini, 2007, traduit de l'américain, 419 p.  Titre de la traduction française: Mille Soleils splendides.