12 septembre 2017

Marie-Antoinette

Il y a quelques années, Zweig avait connu une vague de popularité chez plusieurs blogueuses que j'aime beaucoup (coucou Karine, Jules, Keisha etc!), mais comme ça arrive parfois quand on place la barre haute, j'avais été un peu déçue par Vingt-quatre heures de la vie d'une femme.  Je m'étais dit que je tenterais le coup de nouveau quand la poussière serait un peu retombée, et une lecture commune organisée sur le forum du Guide de la bonne lecture vient de m'en donner l'occasion avec cette biographie de Marie-Antoinette.

Et je ne regrette pas de l'avoir saisie (l'occasion, pas Marie-Antoinette) puisque j'ai adoré!!!  On en beau savoir comment ça finit, c'est absolument palpitant! Par bouts on se croirait dans un Alexandre Dumas tellement c'est rocambolesque! D'ailleurs je crois que plusieurs épisodes de cette histoire ont inspiré Dumas: l'affaire du collier, les tentatives d'évasion, etc.  Vraiment, une telle vie, ça ne s'invente pas!

Et si je n'avais pas tant que ça apprécié la plume de Zweig la première fois, ici j'ai été épatée!  Des descriptions à couper le souffle, une analyse psychologique fine, et tout ça avec une élégance!  (Bon, il faudrait que j'arrête avec les points d'exclamation, les autres signes de ponctuation commencent à protester...)

Maintenant la question est: je continue dans les biographies (Mary Stuart, Balzac?) ou je donne une deuxième chance aux romans?


Marie-Antoinette de Stefan Zweig, traduit de l'allemand, 1932, 506 p. pour l'édition de poche.  Titre de la version originale: Marie-Antoinette.

05 septembre 2017

Chien blanc

Un peu déçue que le chien du titre ne soit finalement pas tant que ça le sujet mais plutôt seulement le point de départ de ce récit autobiographique de Romain Gary, qui parle surtout de ses expériences en Californie durant la lutte pour les droits civiques et les révoltes qui ont suivi l'assassinat de Martin Luther King en 1968. Je savais que le chien blanc du titre est un chien dressé pour s'attaquer aux gens de race noire, mais je croyais que le roman porterait surtout surtout sur sa rééducation.

Favorable à la cause des Noirs, Gary n'hésite cependant pas à relever les contradictions des leaders de la cause et décrit les guerres intestines entre les différents groupuscules, certains étant infiltrés par des taupes et des agents provocateurs.  Il avait d'ailleurs lui-même été mis sous écoute car sa femme, l'actrice Jean Seberg, était directement impliquée dans la lutte.

Une lecture fort intéressante (une fois résigné qu'on ne verra pas tant que ça le pitou) car toujours brûlante d'actualité (on n'a qu'à penser aux émeutes de Black Lives Matter l'an dernier et à la montée récente des suprémacistes) et en même temps un peu déprimante justement parce qu'encore d'actualité!  En plus, la fin est triste, même si elle comporte tout de même une lueur d'espoir.


Chien blanc de Romain Gary, 1970, 219 p.