09 juillet 2017

La Supplication

Dix ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, la journaliste biélorusse Svetlana Alexievitch a recueilli les témoignages de différentes personnes touchées de près ou de loin par la tragédie, donnant enfin la parole à ceux auxquels ont avait ordonné de se taire pendant toutes ces années: familles des victimes, parents d'enfants nés avec des difformités, fonctionnaires, scientifiques, paysans évacués, liquidateurs (ces soldats ou civils envoyés sur les lieux pour contenir les fuites ou décontaminer les lieux, équipés de façon dérisoire).   

Le sentiment qui revient le plus souvent dans ces récits à la fois magnifiques et terribles, plus que la colère ou la peur, c'est l'incompréhension.  C'est en effet une expérience sans aucune mesure avec ce qu'on a pu vivre de mémoire d'homme.  La guerre, aussi traumatisante qu'elle puisse être, il y en a toujours eu, on a lu des livres, vu des films, on connaît des gens qui l'ont vécue...  Mais cette mort invisible, omniprésente, non.  Un soldat atteint par la radiation affirme qu'il aurait préféré mourir en Afghanistan, car la mort, là-bas, était banale, compréhensible.

Plusieurs de ces témoignages me resteront longtemps en tête.  Comme celui de cette femme qui a fui la guerre civile dans une des républiques de l'ex-URSS et qui s'est réfugiée dans un village contaminé, dans une maison abandonnée, parce que de cette terre-là, personne ne viendra la déloger... 


La Supplication de Svetlana Alexievitch, 1997, traduit du russe en 1998, 249 p.  Titre de la version originale: Tchernobylskaïa molitva.

03 juillet 2017

­L'amant en culottes courtes

Pour apprécier ce livre (largement autobiographique), il faut d'abord arriver à mettre de côté le léger malaise qui nous saisit en constatant qu'il raconte la liaison entre un petit Français  de 13 ans, en pension pendant un mois à Londres en 1957 pour y perfectionner son anglais, et une jeune étudiante de 20 ans.  Ce qui nous aide, c'est que, passé la scène du premier baiser, c'est toujours le garçon qui prend l'initiative.  Par contre difficile d'oublier qu'il est encore un gamin sur tous les plans autres que sexuels: il construit un avion en modèle réduit, va chaque jour s'acheter du chocolat au drugstore en postant sa lettre quotidienne à sa grand-maman, collectionne les petites voitures Matchbox et surtout, comme il le répète tout le long du roman, il porte des culottes courtes, à une époque où les pantalons étaient réservés aux «grands».

Ce garçon m'a semblé étrangement dégourdi pour un puceau, voulant expérimenter différentes positions et pratiques dès les premières fois.  Cela m'a paru peu réaliste. La jeune fille au contraire m'a agacée par sa passivité et je n'ai pas compris ce qu'elle recherchait dans cette relation, alors qu'elle avait par ailleurs un amoureux de son âge.

Le roman est de plus un peu long, il aurait pu avoir une centaine de pages en moins sans s'en porter plus mal.  Et puis il faut aussi passer par-dessus quelques réflexions un peu réactionnaires de l'auteur (par exemple, il est contre l'éducation sexuelle à l'école. Cette éducation devrait se faire par les pairs, les plus grands passent l'info aux plus petits...  On sait ce que ça donne!)

Là où j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre, c'est dans la description du mode de vie de la petite bourgeoisie londonienne, des visites de Londres avec une vieille dame énergique engagée pour la circonstance, des différents membres de la famille, surtout la mère, genre de géante au cœur d'or que j'ai imaginée sous les traits d'une Julia Child britannique, et son mari qui ne dit jamais un mot et ne remplit les grilles de mots croisés qu'à moitié par amour de la modération!  Le tout vu de l’œil d'un petit Français qui a souvent des réflexions savoureuses sur le monde qu'il découvre.

Alors, c'est à lire ou pas?  À vous de voir!


L'Amant en culottes courtes d'Alain Fleischer, 2006, 655 p.